Au secours, je suis hypocondriaque! Quelques astuces…

Juste pour info : cet article s’adresse à toi si tu sais que tu souffres d’un trouble anxieux ou que tu es hypocondriaque (et non pas si tu souffres d’un problème physiologique).

 

Cela fait des années que je souffre d’anxiété et que je suis une grande hypocondriaque. Pas l’hypocondriaque comique des films mais l’hypocondriaque névrotique, obsessionnelle et (parfois) pathétique. Ce n’est pas constamment la crise, ça part et ça revient par phases. Récemment, j’ai vécu une phase particulièrement aigüe et j’ai essayé de gérer la situation tant bien que mal. Je ne crie pas encore victoire mais j’ai au moins arrêté de parler de thrombose de la jugulaire à mon entourage. 

 

Voici quelques trucs qui pourraient t’aider…

  • Essaie de faire une liste quotidienne de tes symptômes sans t’autocensurer. Ecris tout ce que tu ressens de manière détaillée et ne passe pas un jour. Si ton anxiété est similaire à la mienne, tes symptômes changent tous les jours ou presque. Dès que j’arrive à me convaincre que je ne vais pas mourir d’une crise cardiaque, ma douleur à la poitrine se transforme en boule à la gorge (comme ça je peux me focaliser son mon cancer de la gorge). Après quelques jours, la liste t’aidera à te rendre compte du ridicule et de l’instabilité de certains symptômes.

 

  • Au lieu d’aller sur Google pour faire des recherches sur un symptôme en particulier, essaie de faire une recherche sur le symptôme + le mot “anxiété”. Tu verras que ton mal de tête ressemble plus à une manifestation de tes angoisses qu’à une tumeur du cerveau.

 

  • Ce conseil est le plus difficile à appliquer pour moi mais : fais confiance à ton docteur et sois totalement honnête avec lui. J’ai remarqué que parfois j’explique à mon docteur mes symptômes de manière très sélective ou alors j’omets de lui dire que je me sens anxieuse ces derniers temps.  L’anxiété peut me rendre manipulatrice et parfois j’ai tendance à expliquer à mon médecin ce que je pense qu’il veut entendre pour confirmer ma mort imminente. Mauvaise idée.

 

  • Va jusqu’au bout du film que tu es en train de te faire. Si tu penses être en train de mourir de ta 17ème crise cardiaque aujourd’hui, vas-y, couche-toi sur ton lit et attends que la mort vienne te chercher. Elle n’arrive pas? C’est normal vu que tu n’as rien. L’hypocondrie, c’est comme ton boss dans une réunion : elle lance plein d’idées à la con mais elle ne va au bout de rien 🙂

 

  • Va voir des forums et des blogs écrits par d’autres hypocondriaques, comme ça, tu verras qu’en fait, on est des millions à souffrir de ce problème. Ce n’est pas une maladie mentale rare ou bizarre et incurable. C’est une pathologie très répandue et, franchement, ennuyeuse. Je trouve ça réconfortant de savoir que d’autres personnes partent dans les mêmes délires glauques et dégueulasses que moi. You are not alone.

youarenotalone

 

  • Dans la même veine que le conseil précédent, au lieu d’aller voir des saloperies sur Google, essaie de faire des recherches sur les effets bénéfiques de certaines de tes habitudes. Je m’explique : si tu prends un complément au magnésium, laisse internet te dire que c’est vraiment bon pour la santé. Pareil si tu manges plein de fruits ou de légumes.  Je te préviens, ça marche moins bien avec Burger King.

 

  • Essaie de voir ça avec un peu d’humour, ça aide à dédramatiser. Personnellement, j’ai déjà pensé à écrire une comédie musicale sur le sujet. Je te tiens au courant.

 

  • Mange sain et fais du sport (je sais, c’est chiant mais ça marche) (non, je n’applique pas ce conseil).

 

 

J’te laisse, j’ai un email à écrire à Michel Cymes.

 

Si cet article t’a plu, tu peux l’ajouter sur Pinterest avec cette petite image 🙂

au secours je suis hypocondriaque

Leave a Reply